• Vue sur les vieux quartiers de Bruxelles
  • Balade dans la belle ville de Bruxelles
  • Petit tour au marché aux puces de la place du jeu de balles
  • Bruxelles et ses parcs
  • Magasin de livre de seconde main à Bruxelles
  • Vue sur le palais de justice à Bruxelles
  • Le musée des instruments de musique à Bruxelles
  • Les Marolles à Bruxelles
  • Prendre le métro
  • Brocante à Bruxelles
  • Petit café à Bruxelles
Voyager à long terme, c'est plus que des vacances

Parfois, les gens à qui on explique notre mode de vie, pensent que le fait de voyager à long terme, c’est d’être constamment en vacances.

Détrompez-vous, on travaille autant que tout le monde et, nous aussi, on a nos moments plus routiniers.

À la différence près que notre maison, c’est le mouvement perpétuel des destinations que nous parcourons.

Eux aussi, ils voyagent et travaillent en ligne
notre choix musical
pour cet article
http://8tracks.com/erikahowlett/summer-mix/player_v3_universal

2014 Canadian Weblog Awards winner
NOS AVENTURES EN LIVE
VIA FACEBOOK
LIKE NOTRE FAN PAGE

Certaines personnes nous trouvent chanceux, certaines ne nous comprennent pas, certaines veulent faire la même chose et tous nous posent mille questions.

deco_divider

Partir sur la route, sans retour prévu

Partis en 2010 sur les routes du monde, on a maintenant un peu plus d’expérience sur le pourquoi du comment, de ce genre de voyage sans billet de retour.

 

Le voyage à long cours : 
un nouveau mode de vie ou une simple tendance ?

Une autre réalité : compte-rendu de la vie sur la route

 

Que ce soit pour tenter l’expérience d’un mode de vie particulier, par pure curiosité ou simplement pour le goût d’essayer quelque chose de différent, toutes les raisons sont bonnes pour partir en voyage sans retour fixe. Aujourd’hui, nous allons essayer de démêler les entrelacs de ce style de vie qui devient de plus en plus répandu, mais qui n’est pas nécessairement fait pour tout le monde. 

 

Voyager sans billet de retour
#1 : un choix pas toujours facile

« J’ai toujours imaginé ma vie pleine d’aventures. Changeante de jour en jour, une destination à la fois, sans jamais revenir en arrière. » 

Le truc, c’est que passer à l’action et se lancer dans une telle démarche s’avère souvent plus facile à dire qu’à faire. Tout lâcher, tout laisser derrière soi pour s’envoler vers l’inconnu, ça peut sembler excitant au départ et c’est totalement effrayant à la fois. 

Si l’idée de partir voyager à long terme trotte dans votre tête depuis un moment, il est souvent dur d’y résister. Dans ce cas-là, la meilleure façon pour vérifier de la véracité de vos intentions est de commencer à plus petite échelle, avec un voyage d’environ un mois, à l’improviste, histoire de prendre le pouls d’une vie plus nomade, tout en se gardant un filet de sécurité à la maison, au cas où. C’est votre test, la version bêta de votre futur voyage sans retour. Profitez du retour, et une fois la poussière retombée, prenez le temps de réfléchir si vous désirez vraiment passer à l’étape suivante. 

Ce n’est jamais facile de renoncer à sa sécurité et à sa stabilité pour se lancer dans l’incertain du voyage à long terme. Ne pas savoir où l’on va dormir pour les prochains mois, ce que l’on va manger, ce que l’on va faire. Le simple fait de quitter sa routine, confortable depuis des années, peut être très déstabilisant et vous mettra certainement à l’épreuve.

 

 Serais-tu prêt à renoncer à ton confort et à ta stabilité pour vivre une vie d’aventures ?

Lire : la peur et le rêve en voyage

 

Voyager sans billet de retour
#2 : prendre la décision qui choque

Une fois cette envie ancrée au plus profond de vous, certain de votre choix et conscient de l’effort qui vous attend, il faut faire le saut. Il est temps de faire part de votre décision dans votre entourage, de concrétiser vos envies et de larguer les amarres. 

Cette étape fait partie des plus difficile, car à ce moment précis, tout le monde voudra vous donner son avis sur la dure question de votre avenir. Dans ces moments-là, sachant que votre décision est béton, il faut se rappeler que votre vie, c’est votre vie et que vos choix sont vos choix. À bien y penser, vous serez seul à vivre avec les conséquences de vos actes et personne d’autre. Leur opinion compte, mais il faut faire gaffe. À ce stade, on ne peut plus se permettre d’hésiter. À quoi bon vivre avec du regret.

Ma vie, mes décisions, ma responsabilité

 

La meilleure réponse que j’utilisais, lorsque les gens ne comprenaient pas mon choix, était de leur dire que partir sans revenir, qu’une vie de voyages, et bien ça me rendait heureuse. En fait, je n’envisage pas ma vie autrement. Sinon j’aurais l’impression de me sacrifier, pour vivre la vie que d’autres veulent pour moi, mais qui ne me convient pas du tout.

 

Voyager sans billet de retour
#3 : les conséquences du long terme

C’est bien beau toutes ces belles paroles, maintenant, il faut agir. Faire son sac, choisir une destination, trouver un projet, décoller et faire le premier pas.

Tout d’abord, il faut tenir compte de tous les problèmes administratifs à régler avant le départ. Assurance, banque, sécurité sociale et j’en passe. Un grand départ demande un minimum d’organisation quand même. Avoir des gens de confiance qui peuvent réceptionner notre courrier ou téléphoner à notre banque en cas de besoin est un énorme avantage (merci papa et maman !). Vivre en dehors du système n’est pas chose courante et il faut se débrouiller parfois seul pour trouver les solutions à nos problèmes.

À long terme, il faut aussi renflouer les caisses et travailler en même temps que l’on voyage. Pas toujours facile non plus de trouver cet équilibre entre le travail et les vacances. Encore moins facile à faire, dans un mode de vie instable. Quand on ne sait pas où l’on dormira le soir, quand on ne parle pas la langue locale, il faut faire preuve d’un minimum de débrouillardise pour y arriver.

Dans mon cas, le revers de la médaille est que j’ai du mal à me mettre en mode travail, dans le sens plus classique du terme. Quand on décide de se poser quelque part pour y travailler vraiment et gagner de l’argent sonnant, le retour au  « métro boulot dodo » est une étape qui m’est très demandant. 

 

Comment faire pour trouver du travail en voyageant ? 

Voyager et gagner de l’argent

 

Notre solution 

Aujourd’hui, le fait de travailler sur Internet nous offre une multitude de possibilités d’emploi à faire à distance qui permettent de vivre tout en voyageant, sans devoir absolument trouver un travail sur place. Cela évite bien des problèmes de visa de travail et nous permet d’être plus responsable et de gérer notre temps comme on le souhaite. Pas de limite de congés, pas de boss à qui rendre des comptes, mais une insécurité constante. Il faut prendre des assurances personnelles, penser à mettre de l’argent de côté pour les périodes creuses et anticiper pour l’avenir.

Savais-tu qu’on offre des services Web & photographiques ?

Nous lançons d’ailleurs notre compagnie de site web pour nous permettre de continuer à voyager en continu tout en travaillant de partout.

 

★ Pour plus d’informations, veuillez consulter le : yunadesign.com

 

Voyager sans billet de retour
#4 : la vie de nomade et sa réalité 

Chaque jour, il faut prendre littéralement mille décisions : où aller, comment y aller, que faire, où dormir, où manger. L’organisation et la logistique, c’est chose courante pour les voyageurs à long court.

Voyager à long terme peut parfois être épuisant. Ne jamais être dans ses affaires, porter tous les jours les mêmes vêtements, vivre dans son sac à dos, ne pas pouvoir cuisiner nos plats favoris et j’en passe. Il y a de nombreux avantages, mais aussi des inconvénients. Tous voyageurs tour du mondiste le dira, à un moment, on devient fatigué du rythme. On n’a plus qu’une envie, c’est de se poser pour reprendre une « certaine » routine. 

Mais cela ne veut pas dire qu’il faut arrêter de voyager et de rentrer chez soi. Les programmes PVT permettent de s’expatrier dans un autre pays pour y travailler, renflouer les caisses, tout en se posant pour une plus longue période. Prendre un appartement, s’inscrire à un club de sport et se faire des amis à plus long terme, bien loin de la maison, c’est aussi ça, voyager à long terme sans billet de retour. 

À mon avis, voyager plus lentement, c’est essentiel pour repartir du bon pied. C’est un moment de transit, non pas un retour, mais plutôt un arrêt temporaire, une pause dans un long voyage. C’est une étape dans le parcours du voyageur à long terme qui est un peu plus calme et plus routinière, mais qui souvent nous fait le plus grand bien. 

Vivre au jour le jour, ne sachant pas de quoi sera fait demain peut être très éprouvant, mais c’est tout aussi satisfaisant à la fois. Le slow travel permet un ralentissement afin d’expérimenter d’autres réalités. Voyager sans rencontrer, ce n’est en quelques sortes, que se déplacer.

Alors curieux, te sens-tu prêt à partir sans billet de retour ? 

 

la suite de nos aventures en Europe
à suivre très bientôt sur Détour Local
ne manque pas ça

 

Vue sur les vieux quartiers de Bruxelles
↪ Vue sur les vieux quartiers de Bruxelles

Le musée des instruments de musique à Bruxelles
↪ Le musée des instruments de musique

Brocante à Bruxelles
↪ Petit tour à la brocante dans les marolles

Cet article t'a plu?

ABONNE-TOI


& reçois chaque mois les nouveaux articles, des updates de voyage, du contenu inédit etc...

contenu similaire qui pourrait t'intéresser...

Pour les commentaires, veuillez passer votre doigt/souris ici...

Pin It on Pinterest

Shares
Share This