• Le café des Blue Mountains et pour Max de loin le meilleur qu'il n'a jamais goûté
  • Maxime et sa pose de beau gosse en vélo dans les Blue Mountains
  • Mount Edge Guest House est littéralement à flan de montagne
  • Notre guide Rastafari et son sourire contagieux
  • Musée de la Moore's Community en direction de Buff Bay
  • Les Chutes à la fin d'une descente à vélo c'est bien mérité...
  • Alizé en action dans les Blue Mountains!
  • Vue lors de notre descente à vélo.
  • Le café de Miss Twymann, un des meilleurs sans equivoque
  • Plantation de café dans les Blue Mountains
  • Miss Twyman toujours au boulot
  • Mount Edge Guest House est bien connu dans les environs des Blue Mountains
  • Vue Principal sur les Blue Mountains et au loin Kingston
  • Chaque chambre est différente et décorée d'un cachet unique
  • La vue d'une des terasses de Mount Edge Guest House
La petite histoire du café en Jamaïque

Au 18e siècle, le roi Louis XV décida d’envoyer trois plants en Martinique, dont un fût donné, 5 ans plus tard au gouverneur anglais de Jamaïque, Sir Nicholas Lawes. 

À près de 2 200 mètres d’altitude, le sol riche des Montagnes Bleues, les pluies régulières et surtout la brume nuageuse, qui couvre cette partie de l’île des chauds rayons brulants du soleil, permettent aux caféiers d’y pousser dans des conditions exceptionnelles et permis à la Jamaïque de se démarquer pour devenir peu à peu le champagne des cafés.

notre choix musical
pour cet article
http://8tracks.com/jnh/jah-mon/player_v3_universal

2014 Canadian Weblog Awards winner
NOS AVENTURES EN LIVE
VIA FACEBOOK
LIKE NOTRE FAN PAGE
Qui l’aurait cru, on s’est dégoté un boulot payant en Jamaïque.

 

Visiter les Blue Mountains avec un échange de service

Après avoir fait la tournée des demandes spontanées auprès des hôtels situés dans les Blue Mountains, à l’aide du site de TripAdvisor, on a finalement reçu une réponse positive. On ne savait pas trop dans quoi on s’embarquait, mais on allait voir sur place. «Il y a pleins de choses à faire et ça change chaque jour. Venez, venez, on verra bien!» Voilà le dernier message échangé avec Robyn, la propriétaire de Mount Edge Guest House. Allez go!

 

deco_mountedge

 

Faites comme chez vous

Après un accueil à Kingston par notre amie couchsurfing, Janeen, nous voilà en route pour les Blue Mountains. De Papine, banlieue de Kingston, un mini bus (genre de van combi) fait la connexion jusqu’à New Castle, juste avant Mount Edge. Il suffit de demander au chauffeur de vous déposer jusqu’à l’hôtel pour un petit supplément, il connait certainement l’endroit.

Une route en lacets quelques peu bringueballante plus tard, arrivés sur place, on rencontre Michael et sa fille Robyn, les propriétaires. Ils nous accueillent brièvement, «faites comme chez vous, prenez à manger dans le buffet, on discutera demain». On débarque sans le savoir dans le rush, en plein brunch du dimanche. Bon allez!

La bouffe est délicieuse et la vue à couper le souffle. À flanc de montagne, entourés de collines verdoyantes, on aperçoit Kingston et la mer au loin. Un employé vient nous voir, quelques instants plus tard, pour nous montrer notre chambre. Sachant que les propriétaires sont trop occupés, car les lieux sont pleins à craquer, mieux vaut se reposer aujourd’hui et être prêt pour attaquer les détails de l’échange demain le plus tôt possible.

Le lendemain, afin de voir comment on peut se rendre utile, on observe, on cherche un peu sur le net, on prend le pouls des lieux tout en tentant de comprendre la logistique de l’entreprise. Propriétaire de ses terres, Michael a construit plusieurs petits cottages au fil des ans. Le tout pour y héberger amis et voyageurs de passage. Il a également installé une petite fermette afin d’y faire pousser des légumes qu’il donnait ou vendait à prix d’amis dans les environs. De son côté, Robyn depuis toujours, savait qu’elle voulait reprendre l’affaire familiale et la faire évoluer vers un business plus rentable. Le potentiel est certainement là, il faut simplement trouver le bon angle et travailler fort dans ce sens.

Le projet 17 Mile Post dans les Blue Mountains

Après avoir suivi des études d’hôtellerie à Toronto, Robyn prend les choses en main et annexe un restaurant (Europe In The Summer: EITS café) à la guest house de renom. Elle rénove les chambres et leur donnent à chacune un style différent.

 

Pour son resto, elle opte pour une cuisine fusion, avec mélange de plats européens et des produits Jamaïcains. EITS plait rapidement aux expatriés de la capitale Kingston, qui y font le détour pour y profiter de la fraicheur des plats et de l’air frais des montagnes.

 

Car il faut savoir qu’ici, on dort avec une couverture et on se couvre d’un pull le soir. C’est pour vous dire, ça change énormément de la moiteur et de l’étouffement du centre-ville. Le potager a dû s’agrandir pour suivre la popularité du restaurant et il parvient même, en quelques mois, à fournir en paniers bio la soixantaine de clients de l’entreprise familiale. Ils livrent maintenant partout en ville une fois par semaine, que ce soit pour des particuliers ou des magasins, les salades, herbes et légumes du potager. Officiellement appelé, Food Basket Farm, le dernier élément de la boucle obtient un fort succès, tout en permettant l’approvisionnement aux clients du restaurant. 

 

Échange de service 

Débordée par tous ces projets, on arrive enfin à coincer Robyn pour discuter de l’échange. On lui explique notre parcours et elle saute sur l’occasion d’avoir un web designer sous son toit. Elle voudrait faire quelques changements sur son site web de Mount Edge GuestHouse et son père, quant à lui, aurait besoin d’un brochure pour les clients du gîte. C’est tout à fait dans nos cordes.

On lui propose même de lui faire un tout nouveau site web, plus simple vu l’état de son site actuel et beaucoup plus flexible pour obtenir l’impact souhaité. Plus on discute, plus elle se rend compte que son projet, sous la bannière globale de 17 Mile Post, devrait contenir les trois sections de l’entreprise en un seul et même site. Guest House, resto et les paniers bio sous une même adresse, facile à naviguer, facile à comprendre pour les touristes. No problemo, on y avait également pensé. Par contre, pour le panier bio, elle nous fait part de ses besoins pour une boutique en ligne.

Est-ce que c’est possible ?» 

-«Bien sûr! mais ça demande plus de boulot…»

Dans ce cas, je vais devoir vous offrir le logement, la nourriture et un petit extra. N’est-ce pas!»

 

Bien négocier son échange de service

Peu importe la situation, la base d’un échange de service réussi, c’est d’avoir une discussion claire et précise sur les attentes des deux parties, le plus tôt possible dans votre séjour. Il faut voir à ce que vos attentes de logement/nourriture en fonction du travail nécessaire vous satisfait pleinement et qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés sur vos tâches ou vos libertés. 

 

Si la situation change en cours de route ou dès votre arrivée, face à ce qui avait été discuté préalablement, mieux vaut prendre le temps de redéfinir les bases de l’entente. Asseyiez-vous avec vos hôtes, mettez les nouveaux termes de l’entente cartes sur table et sachez imposer vos limites, si on vous en demande plus que prévu.

 

De votre point de vue, l’échange doit être équitable: le travail au maximum 4 à 6 heures par jour en moyenne, les repas assez copieux pour combler votre faim, l’hébergement convenable pour la durée de votre séjour et vos temps libres assez fréquents afin de visiter les alentours. De leur côté, vous vous devez de respecter vos engagements et de participer aux tâches de la maison. Si vous sentez qu’on vous en demande trop pour trop peu, soyez libres de refuser l’échange ou de demander une compensation (monétaire ou autre) afin de rétablir l’équilibre.

 

Soyez francs, calmes et respectueux dans vos négociations, tout en conservant une main ferme sur l’équité de l’entente. C’est du donnant-donnant, si on vous en demande beaucoup plus que prévu, il est normal de demander en retour.

 

deco_cafe

 

Travail et découverte des Blue Mountains

Max est à l’élaboration du site web général, moi je bosse sur la brochure. Le lendemain, je me mets sur le site web pendant que Max s’attaque sur la boutique en ligne. Les plans de voyage changent quelques peu: plus de boulots, moins de tourisme. On bosse plus dur que prévu, mais le projet nous tient à coeur et surtout on profite de l’occasion pour tester l’idée d’en faire un service payant sur le long terme (faire des sites web/ brochures/ photos/ conseils pour des guest house). Qui sait, on pourrait peut-être en faire un boulot régulier.

 

Les choses à faire dans le coin: la descente à vélo

Pour parfaire nos connaissances des lieux et pour m’aider à l’élaboration de la brochure, on a eu droit à un tour en vélo de la région. Points de vue, café, descente de vélo, cascade et musée; ça promet. C’est un petit melting-pot idéal pour s’imprégner de l’énergie qui se trifouille dans le coin. Pour commencer, notre guide rasta-man nous a fait découvrir la caserne militaire de NewCastle et ces hauts murs de protection. Puis du Catherine’s Peak, le plus haut sommet des environs, nous avons pu profiter d’une vue globale sur l’île qui se réveillait tranquillement.

 

Café de Miss Twyman, Blue Mountains, un incontournable

Puis, pour continuer sur la douceur, il continue sa route de l’autre côté du sommet, pour rendre visite à la charmante Miss Twyman, une vieille dame Jamaïcaine d’origine allemande, qui produit un café exceptionnel et le meilleur des Blue Mountains, sans équivoque, c’est sa promesse. On ne sera pas déçu. La sélection des grains se fait encore aujourd’hui à la main et le rôtissage est surveillé judicieusement par notre hôte dans une toute petite pièce à l’arrière de sa maison à flanc de montagne. Nous avons même eu droit à une dégustation de choix accompagnée de petits biscuits homemade dans son salon tiré des années ’70. La qualité de son café est reconnue mondialement et il est possible d’en rapporter comme souvenir. Ça vaut vraiment la peine, croyez-nous, le café touche la perfection.

Puis, vient le temps de se mettre à l’action avec l’attraction principale du tour, la descente de la mort en vélo, jusqu’à une belle petite cascade tout au bas, à travers les villages des environs. Très agréable et accessible pour tous, on descend le long d’une route très peu achalandée avec une vue aux premières loges du charme certain des Blue Mountains. À notre rythme, on a pu s’arrêter, admirer les différents points de vue ou les mignons petits gamins qui nous couraient après, tout en continuant notre chemin jusqu’à notre guide qui nous attendait patiemment près de la cascade, en fumant son joint, relaxe.

À la fin du parcours, d’une durée d’environ 1h-1h30, la petite baignade tombe pile-poil, et idéal pour y apporter quelques Red Stripe bien fraîches (bière locale). Après avoir remis son corps à une température acceptable, notre guide ayant remis les vélos sur la voiture, il nous conduit en direction d’un des musées de la communauté Moore (premiers esclaves à prendre leur indépendance) pour en apprendre un peu plus sur l’histoire de l’esclavage en Jamaïque. L’histoire en soit est très intéressante, mais mieux vaut y aller avec un petit groupe pour bénéficier des différentes animations offertes. Demandez à votre hôtel d’appeler pour confirmer avec eux avant de partir le matin, sinon les installations du musée en soit, quand on y était, reste assez basique.

 

Y’a man! c’est ça la Jamaïque

De retour à l’hôtel, on se retrouve à nouveau devant cette vue quasi improbable et tellement gracieuse, qui accompagnera notre repas fusion entre le savoir-faire européen et les produits frais jamaïquains. Les Blues Mountains pour nous, c’est tout d’abord la profusion des saveurs et des odeurs dans un cadre bucolique. Puis, c’est également vivre le rythme de la Jamaïque sans aucune restriction. Prendre le pouls d’un style de vie beaucoup plus lent, où il n’y a vraiment pas de problème. No problem m’an!  

On s’est tellement plus dans ce petit coin de paradis qu’on y est retournés après notre séjour en famille de l’autre côté des Blue Mountains, afin de bien terminer notre boulot et de profiter encore un peu de ce style de vie unique.

Et vous, quels sont vos bons plans en Jamaïque ?

 

Le suite de nos aventures sur Détour Local
Ne manque pas ça 

 

Mount Edge Guest House est littéralement à flan de montagne
↪ Mount Edge Guest House, petit havre de bonheur à 1h de Kingston dans les Blue Mountains

Miss Twyman toujours au boulot
↪ Malgré son âge, Miss Twyman est toujours passionnée par sa production de café

Notre guide Rastafari et son sourire contagieux
↪ Notre guide rasta-man qui a un sourire très contagieux 

Cet article t'a plu?

ABONNE-TOI


& reçois chaque mois les nouveaux articles, des updates de voyage, du contenu inédit etc...

contenu similaire qui pourrait t'intéresser...

Pour les commentaires, veuillez passer votre doigt/souris ici...

Pin It on Pinterest

Shares
Share This